Vous avez observé une tortue vivante, blessée ou morte? Balayez le carrousel ou utilisez les flèches!

Fiche de signalement de tortue pour le Projet Carapace


  • LOCALISATION : Veuillez choisir une seule des quatre options suivantes. SVP ne pas altérer les données autogénérées par le formulaire après avoir inscrit votre localisation.

  • Veuillez consulter cette information additionnelle si vous repérez une tortue blessée.
  • Déposer les fichiers ici ou

Vous avez aperçu une tortue au Québec? Projet Carapace veut le savoir!


Il n’est pas rare de voir des tortues se déplacer en dehors des milieux aquatiques. Durant leur saison active, de mai à octobre, les tortues se déplacent pour diverses raisons : trouver de la nourriture, changer d’habitat, trouver un partenaire pour s’accoupler ou pondre des œufs. Malheureusement, les déplacements impliquent une part de danger pour les tortues puisqu’en traversant des routes ou des milieux terrestres, elles sont très vulnérables aux collisions et aux dérangements.

C’est pourquoi l’équipe de Carapace a besoin de votre aide. Si vous voyez une tortue au Québec, veuillez nous en informer en remplissant la fiche de signalement.

Soyez attentifs durant le mois de juin! Les tortues femelles se déplacent plus fréquemment pour trouver un site convenable pour pondre leurs œufs. Vous les observerez peut-être en train de creuser ou de déposer leurs œufs sur l’accotement de sable ou de gravier des routes, un comportement dangereux pour leur survie en raison du risque élevé de collision.

Les tortues du Québec


  • Tortue serpentine

    Photo: CNC

  • Tortue peinte

    Photo: CNC

  • Tortue musquée

    Photo: CNC

  • Tortue mouchetée

    Photo: Simon Pelletier

  • Tortue géographique

    Photo: Simon Pelletier

  • Tortue des bois

    Photo: Frédérick Lelièvre

  • Tortue-molle à épines

    Photo: Lyne Bouthillier

  • Tortue ponctuée

    Photo: Daniel Brunton


Avant d’aider une tortue en danger de collision routière…



Vous désirez en savoir plus sur les différentes espèces de tortues du Québec?

Nous vous invitons à consulter le site de l’Atlas des amphibiens et reptiles du Québec.

Accéder à l’Atlas

Pour nous joindre

Il nous fera plaisir répondre à vos questions! N’hésitez pas à faire parvenir un courriel au Projet Carapace à carapace@conservationdelanature.ca.

Foire aux questions (FAQ)


Les tortues peuvent prendre jusqu’à 25 ans avant de pouvoir se reproduire, et le taux de survie des œufs est très faible (environ deux œufs sur 100 se rendent à l’âge adulte). Afin de maintenir leurs populations, les tortues comptent naturellement sur la survie des individus adultes, surtout des femelles!

Toutefois, les activités de l’humain dans l’habitat des tortues apportent leur lot de menaces et occasionnent de la mortalité additionnelle de tortues adultes pouvant avoir de graves conséquences sur une population. Par exemple, des scientifiques ont évalué qu’un taux de mortalité annuel de plus de 5 % dans le cas des tortues des bois et mouchetée pourrait conduire au déclin d’une population.

Tous les efforts de protection sont donc importants pour assurer le maintien de nos populations de tortues!

Chaque espèce est importante dans un écosystème. Les tortues ont un rôle de prédateur et de proie. Elles contribuent à nettoyer les étangs et les lacs en mangeant des plantes, des insectes et des poissons morts tout en représentant une source de nourriture pour d’autres animaux. Elles aident également à disperser d’autres formes de vie en se déplaçant d’un milieu humide à l’autre. Faire disparaître une espèce d’un écosystème peut affecter dramatiquement son équilibre en altérant d’autres organismes. En tant qu’humains, nous ne voyons pas nécessairement l’impact de chaque espèce sur notre bien-être, alors qu’un petit changement peut avoir des conséquences qui se répercuteront éventuellement sur nos vies.

Imaginez l’écosystème comme un avion duquel on enlève des écrous et des boulons ici et là. Éventuellement, pensez-vous que cet avion sera en état de voler?

Les tortues sont vulnérables aux collisions routières durant leur saison active, de mai à octobre. Les femelles sont particulièrement exposées au danger en juin puisqu’elles se déplacent plus fréquemment pour pondre leurs œufs.
Les tortues savent où elles s’en vont. En déplaçant une tortue ailleurs, non seulement l’habitat peut être inadéquat, mais vous nuisez à sa survie en l’obligeant à se déplacer davantage pour revenir à l’endroit où elle allait. De plus, vous risquez de propager des maladies à d’autres espèces. Avant de toucher à une tortue, référez-vous à la section du formulaire « Avant d’aider une tortue en danger de collision routière ».
Référez-vous à la section du formulaire « Avant d’aider une tortue en danger de collision routière ».

Ne jamais déranger, toucher ni déplacer une tortue ou ses œufs! Si vous désirez protéger un nid des prédateurs sur votre propriété, veuillez communiquer avec une personne-ressource dans votre région.

Il n’est pas rare de découvrir des coquilles d’œufs mangées par un raton laveur ou une moufette. La prédation est partie intégrante du cycle de vie et de la biologie des tortues.

Le sable et le gravier sont des substrats idéaux pour la ponte des œufs. Parfois, les tortues ont de la difficulté à trouver un site naturel adéquat pour pondre en raison de la destruction des habitats, alors elles utilisent les substrats à proximité comme les accotements de gravier en milieu rural.
Si une tortue est blessée après avoir été frappée par un véhicule :

  • Ne pas la placer dans l’eau ou la rincer à grande eau.
  • Ne pas la nourrir.
  • Ne pas la retourner sur le dos, ceci pourrait la blesser encore plus!
  • Placer la tortue dans un contenant bien aéré, dans un endroit frais et sombre, loin des prédateurs, des insectes et du soleil.
  • Contacter un intervenant qui pourra évaluer la situation et vous guider.
  • Signaler l’observation sur notre fiche en ligne. Nous documentons les occurrences de tortues blessées.

Si vous ne réussissez pas à contacter un intervenant rapidement, essayez de garder la tortue hydratée en lui offrant de l’eau froide dans un contenant ou en faisant couler un filet d’eau devant son bec.

La liste est mise à jour lorsqu’un intervenant donne son accord pour que ses coordonnées soient publiées.

Note : En vertu de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, afin de réhabiliter une espèce sauvage, une personne doit être médecin vétérinaire ou titulaire d’un permis de centre de réhabilitation de la faune, de jardin zoologique ou de centre d’observation de la faune. Ces intervenants doivent prendre tous les moyens pour éviter la domestication et libérer l’animal dans la nature s’il est apte à survivre.

Signalez votre observation sur notre fiche en ligne. Nous documentons les mortalités de tortues.
La photo nous permet de confirmer l’espèce de tortue et, ainsi, de mieux documenter la menace de mortalité routière sur chaque espèce. Des données précises permettront aussi d’orienter le choix des actions prioritaires sur les espèces les plus menacées dans chaque secteur.

De nos jours, les téléphones intelligents et appareils numériques font partie du quotidien de la majorité des gens, donc nous avons fait le choix d’exiger cette information que nous jugeons très importante.

Si vous avez noté l’endroit précis où se trouvait la tortue, mais que vous n’êtes pas en mesure de vous immobiliser de façon sécuritaire pour prendre la photo, contactez-nous pour savoir de quelle façon vous pouvez signaler votre observation.

Nous avons obtenu le consentement de tous les partenaires avant d’afficher les coordonnées sur la plateforme. S’il n’y a pas de coordonnées d’intervenant dans votre secteur, c’est que nous n’avons pas réussi à en trouver ou que nous n’avons pas obtenu la permission de les afficher.

Si vous connaissez des vétérinaires, des experts des reptiles, des organismes oeuvrant en conservation ou toute personne détenant un permis de réhabilitation de la faune, n’hésitez pas à leur parler de Carapace. Ils peuvent nous joindre à carapace@conservationdelanature.ca pour signaler leur intérêt de collaborer à la protection des tortues.

Le projet Carapace est géré par deux passionnées des tortues, basées à Gatineau, dans le cadre de leurs différentes activités au sein de l’organisme Conservation de la nature Canada.
L’information recueillie dans les formulaires de signalement est autogénérée dans une base de données qui est partagée annuellement avec les experts de l’Équipe de rétablissement des tortues du Québec et les partenaires qui peuvent poser des actions de protection des tortues.
D’excellents outils québécois existent pour bien identifier les différentes espèces de tortues du Québec, notamment l’Atlas des amphibiens et reptiles du Québec et le guide Amphibiens et reptiles du Québec et des Maritimes (Desroches et Rodrigue), disponible en librairie.
N’hésitez pas à faire connaître l’outil Carapace en partageant le lien sur les réseaux sociaux. Le succès de cette plateforme dépend des usagers qui la connaissent et l’utilisent. Vous pouvez également faire un don pour contribuer à la gestion de la plateforme et à la protection des tortues.
Carapace est continuellement et activement à la recherche d’intervenants capables de prendre en charge les tortues blessées. Si vous avez l’expertise, les ressources et les autorisations légales pour intervenir auprès des espèces fauniques, veuillez nous contacter.

Intervenants pour les tortues blessées


Refuge Pageau
4241, chemin Croteau
Amos (Québec) J9T 3A1
refuge@refugepageau.ca
819-732-8999
Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Bas-Saint-Laurent

Geneviève Bourget
genevieve.bourget@mffp.gouv.qc.ca
418-862-8213 poste 302

Mathieu Bélanger
mathieu.belanger@mffp.gouv.qc.ca
418-862-8213 poste 301

Formation Jacinthe Bouchard
4055, rang des Soixantes
Nicolet (Québec) J3T 1P5
819-293-5170
Miller Zoo
20, route Hurley
Frampton (Québec) G0R 1M0
418-209-8776

SOS Miss Dolittle
418-561-2484
contact@missdolittle.com

Zoo de Granby
Patrick Paré
ppare@zoodegranby.com

Le refuge de Buzz
971 rue Galt Est
Sherbrooke (Québec)
819-566-4803
Note : Peuvent prendre en charge les tortues à oreilles rouges

Bioparc de la Gaspésie
Stéphanie Bentz, biologiste
sbentz@bioparc.ca
418-534-1997 poste 102
Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Montréal
Lyne Bouthilier et Nathalie Tessier
450-928-7608
Monsieur Robert A. Poirier
819-449-2164

Note : Si une intervention est requise en personne, vous devrez vous déplacer puisque le bénévole n’est pas en mesure de le faire.

Ontario Turtle Conservation Centre
Voir la liste des centres de réhabilitation ici.

Personnes-ressources pour informations


Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Bas-Saint-Laurent

Geneviève Bourget
genevieve.bourget@mffp.gouv.qc.ca
418-862-8213 poste 302

Mathieu Bélanger
mathieu.belanger@mffp.gouv.qc.ca
418-862-8213 poste 301

Conservation de la nature Canada – Montagnes frontalières
Patrice Laliberté
patrice.laliberte@conservationdelanature.ca
Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine
Mathieu Morin
mathieu.morin@mffp.gouv.qc.ca
Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Montréal
514-873-2140

Grands parcs et parcs-nature de la Ville de Montréal – Service des grands parcs, du verdissement et du Mont-Royal
Denis Fournier
denisfournier@ville.montreal.qc.ca
514-280-6697

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Lanaudière
Chantal Côté
chantal.cote@mffp.gouv.qc.ca
450-654-7786 poste 260

Conservation de la nature Canada – Laurentides et Lanaudière
Annie Ferland
annie.ferland@conservationdelanature.ca

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Laurentides
Sébastien Auger
sebastien.auger@mffp.gouv.qc.ca
819-623-5781 poste 261

Conservation de la nature Canada – Laurentides et Lanaudière
Annie Ferland
annie.ferland@conservationdelanature.ca

Conservation de la nature Canada – Lac Champlain, Haut-Saint-Laurent
Julien Poisson
julien.poisson@conservationdelanature.ca

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Estrie
Marie-Josée Goulet
819-820-3883 poste 230

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Montérégie
Lyne Bouthilier
450-928-7608 poste 311
Nathalie Tessier
450-928-7608 poste 310

Nature-Action Québec – Corridor vert de Vaudreuil-Soulanges
Geneviève Gervais
corridorvert@nature-action.qc.ca
450-536-0422 poste 422

Zoo de Granby – Lac Champlain, Cantons de l’Est
Patrick Paré
ppare@zoodegranby.com

Corridor appalachien – MRC Haute-Yamaska, Brome-Missisquoi, Memphrémagog
Clément Robidoux
tortue@corridorappalachien.ca
450-297-1145

Conservation de la nature Canada – Outaouais
Caroline Gagné et Milaine Saumur
carapace@conservationdelanature.ca

Bénévole – Biologiste expert
Daniel Toussaint
danieltoussaint@videotron.ca

Merci à nos partenaires financiers

Fondation de la faune du Québec
Ministère des Forêts, Faune et Parcs du Québec

AVEC L’AIDE DU

Parc de la Rivière-des-Mille-Îles

Merci à nos partenaires diffuseurs

Cobali - Comité du bassin versant de la rivière du Lièvre
Corridor appalachien
Écolead Communication
Société pour la nature et les parcs du Canada - Section Québec
Zoo de Granby

Memphrémagog Conservation
Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi
Solution Nature
Solution Nature

Île St-Bernard
Île St-Bernard

Domaine Tavibois